May
19
6:00pm 6:00pm

Bruno LATOUR: « Portrait de Spinoza en co-enquêteur du projet sur les modes d’existence (EME). »

"Inviter Spinoza à participer à l'enquête sur les modes d'existence (EME) n'est pas sans risque. Je résumerai les résultats de l'atelier mené avec lui. Nous sommes partis de la matrice commune aux deux projets, celle de l'exégèse biblique ce qui nous permettra de comparer les premiers chapitres du Traité Théologico-Politique et de voir comment ils caractérisent les êtres dits de [REL] (Religion). Ensuite il sera possible de voir comment cette première forme d'énonciation permet un contraste avec d'autres formes d'énonciation, en particulier celle de la politique et celle de la philosophie. C'est cette comparaison, curieusement, qui permettra de réinterpréter le contraste entre les quatre premières parties de l'Éthique et la cinquième. Cet atelier permettra de jeter une certaine lumière sur le trop célèbre « Deus sive natura » qu'il faudrait mieux écrire « Deus AUT natura ». Les membres du séminaire auront ainsi tout loisir de critiquer les deux participants (une connaissance du projet EME est indispensable car il n'en sera pas parlé dans ce cadre)." BL

Bruno LATOUR (http://www.bruno-latour.fr/fr) est sociologue, anthropologue et philosophe des sciences. Parmi ses ouvrages, traduits en de très nombreuses langues : Nous n’avons jamais été modernes (La Découverte, 1991), Politiques de la Nature (La Découverte, 1999), Changer de société –Refaire de la sociologie (La Découverte, 2006). Dernièrement paru : Face à Gaïa- Huit conférences sur le nouveau régime climatique (La Découverte, 2015).

View Event →
Apr
7
6:00pm 6:00pm

Dritan KARADAKU: « Traduire l’éthique d’un philosophe –Sur la première traduction de Spinoza en Albanais. »

"Réflexions personnelles d’un jeune professeur de philosophie, qui, mécontent de soi-même, a décidé de traduire en albanais (pour la première fois) l’Éthique de Baruch Spinoza, sans avoir la préparation adéquate. Durant ce travail, il a compris que traduire un texte de philosophie et traduire l’éthique d’un philosophe ce n’est pas forcement la même opération ! J’ai toujours rêvé d’une Université où les Professeurs s’appelaient Socrate, Platon, Aristote, Augustin, Thomas d’Aquin, Spinoza, Kant, Nietzsche, etc., parce que j’ai toujours voulu savoir si j’aurais pu être admis comme étudiant dans un Université de ce genre-là. En même temps, j’ai toujours rêvé d’une Université où on irait tout simplement pour apprendre, des Philosophes, à améliorer nos vies personnelles et à aider, selon nos capacités, les autres pour cette même fin ou finalité... Conscient de mon désir, et en respect de celui-ci, je me suis inscrit, de libre volonté…, dans le « Cours de Spinoza » sur l’éthique, et j’ai suivis rigoureusement ses leçons durant deux ans et demie jour par jour. Cet exposé ne prétend pas expliquer ou mettre à nu dans les détails l’œuvre de Spinoza ; il est l’image de ce voyage personnel en compagnie de Spinoza, dans l’Université et dans l’Univers de Spinoza." DK

Dritan KARADAKU, Professeur de Philosophie de l'Université de Tirana en Albanie. Écrivain, poète, et récemment, traducteur des textes classiques, il est l’auteur de la première traduction de Spinoza en Albanais.

View Event →
Jan
29
6:00pm 6:00pm

Catherine MALABOU: « Spinoza et la question du symbolique »

"Dans Spinoza et le problème de l'expression, Deleuze oppose philosophie et révélation. L'expression, modalité privilégiée de l'immanence et de la compréhension, est opposée à la "connaissance par signes", réservée au domaine de la révélation et destinée aux ignorants. La question du statut ontologique de la révélation (c'est-à-dire de sa nécessité) est ainsi évacuée. Levinas, dans une démarche apparemment inverse à celle de Deleuze, reproche à Spinoza d'avoir soumis la révélation à trop de nécessité, manquant ainsi sa dimension "signifiante". Alors, trop de signes ou pas assez ? A partir d'une lecture du Traité Théologico-politique, de la méthode d'interprétation de la Bible en particulier, je tenterai de voir comment la question du symbolique s'inscrit dans la pensée de Spinoza. Je définirai le symbolique comme cette tendance à la surinterprétation (superstition?) sans laquelle la compréhension philosophique ne serait pas possible." CM


Catherine MALABOU est Professeure au Centre for Research In Modern European Philosophy à l’Université de Kingston au Royaume-Uni. Elle a publié de nombreux ouvrages, parmi lesquels L'Avenir de Hegel. Plasticité, temporalité, dialectique (Paris, Vrin, 1994), La Contre-allée (avec Jacques Derrida, Paris, La Quinzaine littéraire - L. Vuitton, 1999), Que faire de notre cerveau ? (Paris, Bayard, 2004), Changer de différence (Paris, Galilée, 2009), Sois mon corps (avec Judith Butler, Paris, Bayard, 2010). Son dernier livre s’intitule Avant Demain, Épigenèse et rationalité (PUF, 2014).

View Event →
Dec
10
6:00pm 6:00pm

Chantal JAQUET: « Spinoza et les Transclasses -- ou comment penser la non-reproduction sociale ? »

"Si pour des raisons évidentes de contexte historique Spinoza ne s’est pas penché sur la problématique de la mobilité sociale et du changement de classe, sa pensée peut nourrir la réflexion actuelle à ce sujet et offrir des instruments intellectuels pour les penser à nouveaux frais. Dès lors, il s’agira d’analyser comment, dans l’ouvrage Les Transclasses ou la non reproduction (PUF, 2014), la pensée de Spinoza a été mobilisée pour construire une nouvelle approche aussi bien philosophique que sociologique du problème. Il conviendra ainsi de mesurer ses apports méthodologiques et de se pencher sur l’usage heuristique que l’on peut faire de certains concepts, comme celui d’affects, d’ingenium, de puissance d’agir ou de science intuitive. L’objectif sera d’examiner à la fois comment la lecture de Spinoza peut éclairer la non reproduction sociale et comment la pensée de la non reproduction amène à lire autrement Spinoza en l’éclairant en retour." CJ

Chantal JAQUET est Professeure des Universités à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, où elle anime avec Pascal SÉVÉRAC et Ariel SUHAMY un Séminaire International de Recherche sur Spinoza depuis 15 ans. Elle a écrit plusieurs ouvrages sur Spinoza.

View Event →
Nov
12
6:00pm 6:00pm

Frédéric LORDON: « Ce que peut un corps politique. Autour de l'ouvrage Imperium, Structures et Affects des Corps Politiques (Paris : La Fabrique, 2015) »

"Que faire des idéaux que sont l’internationalisme, le dépérissement de l’Etat et l’horizontalité radicale ? Les penser. Non pas sur le mode de la psalmodie mais selon leurs conditions de possibilité. Ou d’impossibilité ? C’est plutôt la thèse que ce livre défend, mais sous une modalité décisive : voir l’impossible sans désarmer de désirer l’impossible. C’est-à-dire, non pas renoncer, comme le commande le conservatisme empressé, mais faire obstinément du chemin. En sachant qu’on n’en verra pas le bout. Les hommes s’assemblent sous l’effet de forces passionnelles collectives dont Spinoza donne le principe le plus général : l’imperium – « ce droit que définit la puissance de la multitude ». Cet ouvrage entreprend de déplier méthodiquement le sens et les conséquences de cet énoncé. Pour établir que la servitude passionnelle, qui est notre condition, nous voue à la fragmentation du monde en ensembles finis distincts, à la verticalité d’où ils tirent le principe de leur consistance, et à la capture du pouvoir. Il ne s’en suit nullement que l’émancipation ait à s’effacer de notre paysage mental – au contraire ! Mais elle doit y retrouver son juste statut : celui d’une idée régulatrice, dont l’horizon est le communisme de la raison." FL

Frédéric LORDON est Directeur de Recherches au CNRS (Centre européen de Sociologie et de Science Politique de la Sorbonne, UMR 8209 de l'Université Paris-Panthéon-Sorbonne, du CNRS, et de l'EHESS). Parmi ses nombreuses publications : L'Intérêt souverain : essai d'anthropologie économique spinoziste, Paris, La Découverte, coll. Armillaire, 2006 ; Spinoza et les sciences sociales : de l'économie des affects à la puissance de la multitude, Sous la Direction d'Yves Citton et Frédéric Lordon, Paris, Éditions Amsterdam, coll. Caute !, 2008 ; Capitalisme, désir et servitude : Marx et Spinoza, Paris, La Fabrique, 2010 ; L'Intérêt souverain : essai d'anthropologie économique, Paris, La Découverte, 2011 ; La Société des affects : pour un structuralisme des passions, Paris, Éditions du Seuil, coll. L'ordre philosophique, 2013.

View Event →